jeudi 1 juillet 2010

L’échantillonnage des bois


Une fois la couverture photogrammétrique achevée et avant la fermeture du site, la dernière opération scientifique a consisté en l’échantillonnage des bois relatifs aux structures de la coque. Ce travail a pour but de répondre à deux objectifs principaux.

D’une part, l’identification de chaque bois (xylologie) utilisé pour chacune des pièces de l’architecture nous dressera un tableau précis de la sélection raisonnée des essences choisies par les charpentiers romains pour la fabrication de ce navire et nous aidera ainsi à contribuer à l’histoire des techniques de construction navale antique et, en particulier, de ce type de navire transporteur de dolia.

D’autre part, la datation par l’étude des cernes du bois (dendrochronologie) tentera de nous livrer la date d’abattage des arbres nécessaires à l’édification du bateau et, sachant que les charpentiers romains utilisaient le bois vert, d’approcher la date même de sa construction, possible à l’année près, nous aidant ainsi à préciser l’époque de navigation et de transport de la cargaison.

Le prélèvement systématique d’une petite quantité (1 cm3 minimum) de chacune des pièces de la quille, du bordé, de la membrure et des éléments d’assemblage a donc été opéré au moyen d’un cutter, chaque échantillon étant isolé et identifié in situ dans des sachets hermétiques.


Conditionnement des échantillons de bois (Photo Y. Lecuyer)


L’examen préalable à l’œil nu de ces prélèvements, réalisé consécutivement en surface, a permis de fournir une première liste d’essences présentes au sein de la coque et surtout de conduire le plan d’échantillonnage destiné à l’analyse dendrochronologique.


Observation des échantillons de bois à l’œil nu (Photo Y. Lecuyer)

Le temps nous faisant défaut pour réaliser sur l’ensemble des structures le prélèvement à la scie d’épaisses sections transversales nécessaires à cette étude, le choix scientifique s’est porté sur les structures présentant le plus grand nombre de cernes et l’essence ligneuse qui répondaient au mieux aux critères d’analyse. Ainsi, la coque étant constitué d’une quille en chêne vert, d’un bordé en résineux et d’une grande partie de la membrure en orme, l’échantillonnage dendrochonologique s’est concentré sur l’autre partie de la membrure et les galbords en chêne à feuillage caduc.

L’étude se poursuivra dans les mois prochains par une analyse microscopique en laboratoire pour confirmer ces premiers résultats, déterminer la nature des éléments d’assemblage et tenter de déterminer la date d’abattage des arbres.

1 commentaire: